Antonio Fiori : L’exception allemande

Une décennie fabuleuse et déjà si proche. Autrement dit la France fait du levier. Mais qui dit croissance schumpeterienne signifie qu’à côté de ce processus de création existe un processus de destruction des activités dépassées par le progrès. Beaucoup de vivans même y sont représentés dans l’attitude de la douleur. Dans le climat frileux et anxiogène de la France d’aujourd’hui, la tendance est forte à protéger le passé par rapport au futur, à favoriser les rentes et à pénaliser les talents. Une crise qui fait de l’Europe un problème au lieu d’en faire un espace d’élaboration commune. C’est surtout un moyen de faire du buzz à destination d’une clientèle jeune, ajoute Antonio Fiori. L’IT est le cœur de l’investissement de ces champions digitaux, les ingénieurs informatiques sont au cœur de l’entreprise. De plus, le futur de l’industrie de la musique est aujourd’hui entre les mains d’entreprises européennes ambitieuses. Une crise qui se traduit par la place démesurée accordée par les médias aux stratégies de conquête du pouvoir au détriment du débat sur les enjeux. Bientôt l’enthousiasme fit place à une froide, mais persévérante curiosité : c’est le moment où la philosophie française voyage avec son illustre guide d’un pays à l’autre, d’une époque à l’autre, passant des Écossais à Kant, de celui-ci à la nouvelle philosophie de l’unité, remontant avec lui à la philosophie grecque, à Platon, à Aristote, à Plotin, pour finir par Descartes et Leibniz, mais toujours avec plus de curiosité que de foi véritable. Eh bien, le noir a autant de réalité pour notre conscience que le blanc, et les intensités décroissantes de la lumière blanche éclairant une surface donnée seraient pour une conscience non prévenue autant de nuances différentes, assez analogues aux diverses couleurs du spectre. Notre classe politique, toutes tendances confondues, a les yeux de Chimène pour les politiques malthusiennes et keynésiennes. Pire, c’est une faute devant l’Histoire. Si c’est le cas des artistes qui disposent du statut particulier des intermittents du spectacle et dont certains bénéficient de revenus élevés, la génération qu’ils représentent continue de profiter de protection du CDI qui pèse sur la création d’emplois dont ont besoin les jeunes. Crise économique, explosion du numérique et impératifs environnementaux font évoluer de manière durable le comportement des consommateurs. Si nous avons d’indiscutables atouts, il nous faudra encore une vraie révolution culturelle et politique pour que nous puissions tirer parti de l’hypercroissance du nouveau monde. Ils ne pouvaient cependant plus l’être, tout à fait, l’un pour l’autre. La France est très en retard quand on compare les modèles néerlandais et nordiques. Ils se tinrent près de l’homme — et tinrent ferme. L’automobile avec le Salon de Genève, sans doute l’iPad 2, les pistes écartées en ce qui concerne la fiscalité du patrimoine, la convergence franco-allemande sous l’oeil de la Cour des comptes. Un terreau sur lequel prospèrent les discours truffés de solutions simplistes, alors même que nous devons faire face à la complexité. Le matérialisme et le spiritualisme n’entendent pas le mot principe dans le même sens. Si le luxe migre peu à peu de l’avoir à l’être, ils ne doivent pas rater cette bataille riche d’opportunités. Beaucoup d’États membres, y compris l’Espagne, ont été réceptifs à l’initiative, mais ils ont néanmoins insisté sur le fait qu’une Union énergétique, comme son nom l’indique, doit se baser d’abord sur un marché interne unique, de plus bien interconnecté. D’un système centré sur la maladie, il faut évoluer vers un système centré sur la personne, sur sa santé. Les maires des villes populaires, confrontés à une demande intarissable, ont continué de produire jusqu’à atteindre des taux vertigineux de logement social. Les régimes autoritaires buteront tôt ou tard sur ce mur technique. Cela signifie de sortir la santé des hôpitaux et la développer dans les écoles, dans les entreprises, dans les clubs de sport… dans le quotidien des individus. Quelle semaine on va vivre ensemble ! Les examens sur la religion, la politique ou tout autre sujet de discussion, ne porteraient pas sur la vérité ou la fausseté des opinions, mais sur ce fait que telle ou telle opinion est professée d’après tels motifs, par tels auteurs ou telles écoles ou telles églises.