Comment éviter la « malédiction » des ressources naturelles ?

Il ne faut pas croire que les souvenirs logés au fond de la mémoire y restent inertes et indifférents.Ce qui est présent à l’esprit du joueur, c’est une composition de forces, ou mieux une relation entre puissances alliées ou hostiles.Depuis Edgar Faure et son magistral et si complet ouvrage dans la fameuse collection des Trente Journées qui ont fait la France, paru en 1977 et jamais réédité depuis par Gallimard, rien n’a été écrit en France spécifiquement sur cet épisode pourtant central de notre histoire économique.Et cela représente parfaitement bien le problème de toutes nos économies qui croulent sous la dette après 40 ans de croissance de l’endettement.On a la même impression devant l’instinct paralyseur de certaines Guê­pes.Evidemment, les émissions de prêts, très rémunérateurs pour les banques, excèdent largement leurs remboursements, de sorte que la masse monétaire est en augmentation constante, exponentielle et difficilement contrôlable.La véritable scène n’est plus alors entre Alceste et Oronte, mais bien entre Alceste et Alceste lui-même.Reste à savoir en quoi cet accompagne­ment consiste.Avez-vous oublié que ça finit toujours par un sauve-qui-peut, leurs sauvetages ?C’est donc en vain qu’on attribuerait à 1a négation le pouvoir de créer des idées sui generis, symétriques de celles que crée l’affirmation et dirigées en sens contraire.La recherche entreprise avec Jean-Jacques Laffont, résumée dans le livre Théorie des incitations et réglementation (Economica, 2012), propose un cadre conceptuel pour une régulation moderne de ces opérateurs.Comme il l’a dit hier à Christian Navlet, le gouvernement a tout intérêt à globaliser les réformes qui se succèdent les unes après les autres pour éviter l’effet désastreux qui veut qu’à chaque problème s’ajoute une taxe. »People, planet, profit »L’évaluer pour ensuite mieux la développer.

Publicités