Habitat: crise de l’offre, ou crise de la qualité ?

La dette creuse son propre trou et son fardeau est donc perçu comme injuste.Les Entreprises peuvent y avoir recours mais elles peuvent également avoir recours à des arbitrages totalement amiables.Si les mouvements saccadés manquent de grâce, c’est parce que chacun d’eux se suffit à lui-même et n’annonce pas ceux qui vont le suivre.Les départements lancent des initiatives dans une logique évolutionnaire, plutôt que révolutionnaire, et en silos. »Passant outre la dégradation des déficits publics dans l’ensemble des pays européens périphériques, feignant d’oublier l’explosion du chômage (dont celui, dramatique, des jeunes) dans l’ensemble de l’Union, il se félicite de l’ « austérité européenne réussie ».Des sentiments nouveaux sont en voie d’éclore.Je ne sais pas comment cela est arrivé, dit-il, mais je l’ai tué.N’est-ce pas paradoxal ?Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette citation de Pythagore « Qui parle sème ; qui écoute récolte ».Je terminerai cette étude préliminaire de l’homme par une observation que j’ai déjà faite à l’occasion des besoins.Actuellement, l’utilisation des énergies dites renouvelables (EnR) se rapporte majoritairement à l’usage du bois et des déchets par les populations pauvres : l’Afrique tire son énergie à 50% de ces types de ressource.La France, pour ne citer qu’elle, maintient jalousement les droits de l’homme.

Publicités