Quelle forme prendra l’Europe sociale ?

Même volé, volé dans leurs poches, l’argent leur inspire tant de vénération qu’ils en respectent les voleurs.Elle présente, par ses démonstrations tapageuses, un sujet d’admiration à la naïveté des foules ignorantes ; parvient à leur faire prendre ses ramollots et ses don Juans à corsets pour des modèles de force physique et d’élégance masculine ; leur fait applaudir, en ses badernes hors d’âge et ses Saint-Cyriens bouffis d’orgueil, les pères nobles et les jeunes premiers du patriotisme autorisé, gueulard et prudent, tonitruant et inoffensif.Nos banques, qui tenaient honorablement leur rang à l’échelle mondiale, ne faisaient que suivre et s’adapter aux réalités nouvelles.Elle suffirait déjà, même sans les états qui vont suivre, à distinguer le mysticisme vrai, complet, de ce qui en fut jadis l’imitation anticipée ou la préparation.Sans doute il est devenu difficile d’éviter cette dissociation, depuis que les philosophes l’ont faite.C’est cette conviction que développait votre rêve.Pour agence eréputation, l’humanité ne s’est jamais passée de religion.Et si l’on voulait s’en tenir aux résultats coloniaux obtenus dans le passé et dans le présent, il vaudrait mieux ne pas insister.La morale comprend ainsi deux parties distinctes, dont l’une a sa raison d’être dans la structure originelle de la société humaine, et dont l’autre trouve son explication dans le principe explicatif de cette structure.Je le trouve souvent passionnant dans sa posture de vieux sage : « Nous vivons la crise d’une forme d’organisation sociale et économique qui s’appelait le monétarisme et dont les paradigmes de base étaient faux.Bien idéologique et caricatural.Seulement voilà, seuls Total et dans une moindre mesure GDF-Suez, profitent aujourd’hui de la hausse continue des cours de l’or noir.D’où la différence frappante entre les deux après-guerres.