L’attentisme n’est plus une solution

La volupté proprement dite est après tout une rareté et un luxe ; beaucoup de gens préféreraient s’en passer et ne pas souffrir : la jouissance raffinée de boire dans une coupe de cristal n’est pas comparable la souffrance de la soif.Ils auraient aussi bien pu le définir un animal qui fait rire, car si quelque autre animal y parvient, ou quelque objet inanimé, c’est par une ressemblance avec l’homme, par la marque que l’homme y imprime ou par l’usage que l’homme en fait.La matière s’enroule autour d’elle, la plie à son propre automatisme, l’endort dans sa propre inconscience.Par les biotechnologies, il sera possible de changer l’ADN, de réparer des organes et des cellules, de créer des organes artificiels.La représentation est bien là, mais toujours virtuelle, neutralisée, au moment où elle passerait à l’acte, par l’obligation de se conti­nuer et de se perdre en autre chose.Et les collaborateurs, qu’en pensent-ils ?Bref, les premières ont pour rôle principal de refaire la machine, les secondes lui fournissent l’énergie.Et il est bien évident qu’il n’y a là qu’une manière commode de s’exprimer.Comme l’avait dit Prospectives économiques africaines, la partition patronale à venir sera celle du Boléro de Ravel, elle se fera entendre crescendo et sera répétitive pour bien marteler le credo : la victoire de l’emploi repose sur les entreprises et rien ne sera réussi sans leur donner un environnement social, fiscal et juridique plus favorable.D’ailleurs pour parer a cette situation observée, l’État a apporté la mauvaise réponse en augmentant la fiscalité sur ces droits qui vont renchérir le prix des logements anciens et donc détourner un peu plus les candidats acquéreurs.Des acteurs Européens du marché des swaps sont dispensés pour certains produits d’appliquer la réglementation US dans la mesure où ils appliquent EMIR (ou l’appliqueront).

Publicités