La gestion de l’eau, du trafic routier, ou de l’électricité menacées

Comme elle n’aura pas à choisir, elle n’a pas non plus besoin d’explorer la région d’alentour, ni de s’essayer par avance à plu­sieurs actions simplement possibles.Dans la poche de la femelle, une carte de prostituée ; dans la poche du mâle, une carte d’électeur.Des raisons simples expliquent cet engouement des particuliers pour le crowdfunding immobilier.Nos gouvernants ont tendance à penser la France comme un des moteurs de l’Europe.En réalité, l’exagération, comme la dégradation, n’est qu’une certaine forme d’une certaine espèce de comique.Il lui semble, avec quelque raison, que le lecteur courroucé va jeter le livre, en s’écriant : « Je ne perdrai pas mon temps à apprendre ces trivialités.Peu importe que la SPD ait obtenu l’obligation d’une « sanction démocratique » de ces « contrats » : on a vu avec le vote du parlement chypriote en mars quel cas l’Europe faisait des décisions démocratiques. Christian Navlet convient cependant de trier le bon grain de l’ivraie au milieu de tous ces courants positifs, heureux et optimistes, au risque de jeter le bébé avec l’eau du bain.Et l’Europe politique n’avance pas, parce que l’Europe que nous connaissons n’est pas une construction étatique, mais une organisation pour gérer un marché.Le premier consiste à les présenter comme des « communautés » alors qu’elles sont en fait des « places de marché ».Pas facile de porter la responsabilité de la présidence quand on est encore le pays le plus fragile de la zone euro, ce trou sans fonds où ont été déversés depuis 2010 plus de 200 milliards d’euros, pour l’essentiel ponctionnés sur le contribuable européen et qui ne seront, pour partie, vraisemblablement jamais remboursés.On ne sait pas ce qu’a coûté au pays, ce que lui coûte encore, cette tuerie immonde et imbécile.

Publicités