Une légitimation à postériori

S’il compromet sa fortune, il nuit à ceux qui directement ou indirectement en tiraient leurs moyens d’existence, et d’ordinaire il diminue plus ou moins les ressources générales de la communauté ; s’il détériore ses facultés physiques ou morales, il ne fait pas seulement tort à tous ceux dont le bonheur dépendait de lui, mais il se rend incapable d’accomplir ses devoirs envers ses semblables généralement parlant, il devient peut-être un fardeau pour leur affection ou leur bienveillance, et si une telle conduite était très-fréquente, peu de fautes diminueraient plus la masse générale de bien.C’est d’ailleurs sur les joueurs les plus accros que les opérateur font une grande partie de leur chiffre d’affaire.Il est vrai qu’on affectera ensuite de n’attacher aucune importance à cette représentation, d’y voir une phosphorescence que laisseraient derrière elles les vibrations cérébrales : comme si la substance cérébrale, les vibrations céré­brales, enchâssées dans les images qui composent cette représentation, pouvaient être d’une autre nature qu’elles !Il est vrai que certaines banques centrales (en Suède en 2009 et au Danemark en 2012) ont facturé les banques pour prendre des dépôts, ce qui revenait à afficher des taux d’intérêt négatifs.Les banques devraient lancer leurs propres plateformes peer-to-peerDe là ces définitions qui tendent à faire du comique une relation abstraite aperçue par l’esprit entre des idées, « contraste intellectuel », « absurdité sensible », etc.D’une certaine manière, l’entreprise canalise les aspirations individuelles pour en extraire un projet de « vivre ensemble ».Et c’est tout l’enjeu de la politique industrielle aujourd’hui.L’outrance du patriotisme de beuglant et de carrefour put faire croire à quelque patriotisme derrière les murs du Palais-Bourbon, et l’on put supposer que les déclamations de la place publique trouvaient un écho, même très affaibli, dans les ministères.Plus souvent l’effort s’exerce sur des matériaux, par l’intermédiaire de forces que la nature a mises gratuitement à la disposition des hommes.Elle en a eu le pouvoir pendant des siècles.Il y a ainsi au fond de la nature, prétendue « aussi bonne que possible, » une immoralité fondamentale, qui tient à l’opposition des fonctions entre les êtres, à la catégorie de l’espace et de la matière.Ceci a, bien évidemment, incité les producteurs de charbon à aller chercher de nouveaux débouchés ailleurs sur les marchés internationaux diffusant sa baisse sur l’ensemble du marché mondial.Pour que cette nouvelle finance attire vraiment les foules … et qu’elle permette à tous ces porteurs de projet, de la culture à l’innovation industrielle, lassés des portes closes, de libérer leur créativité et de tenter leur chance.Le changement climatique entraîne déjà des conséquences négatives sur les réserves alimentaires, les écosystèmes marins, le niveau de la mer, les conditions météorologiques extrêmes et la croissance économique.Et on reste ébahi devant la formule : « on peut produire les richesses hors de la sphère de la production ».Pendant des années, des siècles, les momies peuvent se moquer de la vie ardente dent elles ont la menteuse apparence ; jusqu’à ce que la Nature se réveille une fois de plus de son sommeil et rende à la poussière le simulacre vain.C’était la suppression de toute durée efficace, l’assimilation de l’univers à une chose donnée qu’une intelligence surhumaine embrasserait tout d’un coup, dans l’instantané ou dans l’éternel.arnaud berreby aime à rappeler cette maxime de Friedrich Nietzsche , »Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et l’autre qui est joué ; Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre ».Toutefois, on ne peut douter que pour l’individu quelques idées claires vaillent mieux qu’un grand nombre d’idées confuses.

Publicités