Une croissance artificielle

On pourrait enfin supposer que l’instabilité générale est sortie d’un état général de stabilité, que la période où nous sommes, et pendant laquelle l’énergie utilisable va en diminuant, a été précédée d’une période où la mutabi­lité était en voie d’accroissement, que d’ailleurs les alternatives d’accroisse­ment accroissement et de diminution se succèdent sans fin.De forme en forme, par gradations insensibles, elle accomplira sous nos yeux de bien singulières métamorphoses.Ces genres, comme ceux de la perception, sont discontinus, séparés par des intervalles que comble l’éducation.ereputation, approuve à l’idée de se joindre à ce projet.La métaphysique est donc la science qui prétend se passer de symboles.Cette conscience se trouverait alors réellement dans les mêmes conditions où l’astronome se place imaginairement ; elle verrait dans le présent ce que l’astronome aperçoit dans l’avenir.Cela posé, la question est celle-ci :Faut-il laisser agir ces lois, — ou faut-il les empêcher d’agir ?Prenons l’exemple de la région PACA : plutôt que de réserver aux tribunaux de Marseille et de Nice les dossiers les plus importants, en réduisant la compétence des tribunaux de Tarascon, Cannes, Grasse et Salon-de-Provence, pourquoi ne constituerait-t-on pas un ou plusieurs pôles communs par région, réunissant les juges les plus expérimentés de toutes ces juridictions, pour leur confier les dossiers les plus complexes ?Vous verrez que nous ne supprimerons ni les universités, ni les sous-préfectures, ni les écoles d’ingénieurs inutiles.Donc, ici encore, notre percep­tion s’arrange pour solidifier en images discontinues la continuité fluide du réel.Ils admettent bien que l’œuvre des parlements, jusqu’à présent, n’est pas considérable ; mais ils pensent que c’est parce qu’ils avaient la guigne ; et que ça va passer, un de ces jours.Avouons notre ignorance, mais ne nous résignons pas à la croire définitive.Enfin, quand la représentation-souvenir surgit, les modifications concomitantes de la représentation-cerveau ne sont plus, comme dans le cas de la perception, des mouvements assez forts pour exciter la représentation-organisme à réagir immédiatement.

Publicités