Comment redonner du sens à la réforme territoriale

Le sens commun se prononce d’ailleurs sans la moindre hésitation sur ce point ; on dit qu’on a plus ou moins chaud, qu’on est plus ou moins triste, et cette distinction du plus et du moins, même quand on la prolonge dans la région des faits subjectifs et des choses inétendues, ne surprend personne.Très probablement, ce ne sont pas les cellules qui ont fait l’individu par voie d’association ; c’est plutôt l’individu qui a fait les cellules par voies de dissociation.Le corollaire immédiat, c’est que les réformes ne sont crédibles que dans le temps, et que le gouvernement doit se donner une trajectoire précise pour expliquer comment il compte stabiliser la dette dans un horizon suffisamment long pour que des améliorations soient constatées.L’évolution de l’être vivant, comme celle de l’embryon, implique un enregistrement continuel de la durée, une persistance du passé dans le présent, et par conséquent une apparence au moins de mémoire organique.Elle élimine de sa substance tout ce qui n’est pas assez pur, assez résistant et souple, pour que Dieu l’utilise.La seconde priorité consiste à réduire par tous les moyens, notamment fiscaux, ce que l’on doit désormais appeler les « inégalités inefficaces », qui empêcheront les citoyens de percevoir les dividendes de la reprise économique, si celle-ci devait advenir.Depuis août, e réputation s’active à ce nouveau concept.La perméabilité du système voit exploser les fraudes à l’assurance maladie.On pourrait m’objecter le point d’exclamation comique de Max Jacob, mais je ne crois pas que Max Jacob, son humour et sa grâce soient le genre des réalistes.Soloviev tient compte du criticisme moderne, il reconnaît que l’empirisme contient une parcelle de vérité, et arrhé des connaissances et de la culture modernes, il réhabilite les doctrines des néo-platoniciens et des pères de l’Église.Six semaines de Westgate !Il faut le répéter, au risque de froisser le sentimentalisme moderne : l’économie politique se tient dans la région de ce qu’on nomme les affaires, et les affaires se font sous l’influence de l’intérêt personnel… Les puritains du socialisme ont beau crier : « C’est affreux, nous changerons tout cela ; » leurs déclamations à cet égard se donnent à elles-mêmes un démenti permanent.

Publicités